LOGO--CSC-FINAL

bandeaux-bibliotheque

Café livres du 12 juin 2019

Seulement 11 participants ce jour, mais 15 livres présentés.
Bizarrement, et sans aucune concertation préalable, les lecteurs, par des ouvrages différents, ont évoqué ce jour les dérives de la 2° guerre mondiale.

Christiane : L'outrage fait à Sarah Ikker par Yasmina Khadra
Driss Ikker est inspecteur à la criminelle de Tanger; il mène une vie agréable avec sa conjointe, Sarah Ikker, fille du commandant de l'école nationale de police. Un mariage lucratif, utile pour sa carrière. Un soir, alors qu'il remplace le commissaire Baaz de la police de Tanger, Driss revient chez lui et trouve son épouse menottée au lit conjugal, elle a été agressée et violée. L'agresseur assomme Driss et s'enfuit. Dès lors, Driss entreprend sa propre enquête en parallèle à celle menée par l'inspecteur à qui Baaz a confié officiellement l'enquête.
Depuis cette nuit-là, il n'a qu'une idée en tête : retrouver celui qui a violé sa femme et sali son honneur. Malgré les mises en garde de son chef ou de ses amis, il s'obstine dans son enquête et n'hésite pas à troubler la sérénité de certaines personnalités, y compris les VIP les plus renommées (et redoutées !) de Tanger, à la recherche du coupable

Maguie : Quand nos souvenirs viendront danser par Virginie Grimaldi
Depuis 63 ans, impasse des Colibris vivent Gustave, Rosalie, Joséphine, Marius, Anatole, Marceline... Mais, aujourd'hui, cette impasse va être rasée. Les habitants ont décidé de se serrer les coudes. Ces six personnes âgées décident de se battre pour sauver non seulement leurs maisons, mais également leurs souvenirs. Le temps passe, la vie aussi. Les souvenirs sont impérissables.
Cette histoire nous fait passer par une foule d'émotions. Entre rire et larmes, de leur engagement à leurs différentes actions, (à mourir de rire), vous allez suivre cette joyeuse bande d'octogénaires, de 1955 à aujourd'hui, avec l'humour décapant de Marceline qui raconte l'histoire, sous forme de témoignage

Hélène : Gustave Miklos la quête du beau et de l'harmonie
sous la direction de Virginie Kollmann-Caillet et avec la participation de Téreza le Fellic
Gustave Miklos un nom, pour nombre d'entre nous, seulement attaché à une salle d'exposition du Centre culturel Aragon, pourtant, c'est à Oyonnax, au destin marqué par le développement d'une industrie dédiée au peigne et à la plasturgie que Gustave Miklos est venu enseigner le dessin pendant 10 années à partir de 1940.
Vous reporter au fichier PDF pour plus d'infos et photos

Isabelle : Les trois verrous par Christine Bages-Limoges
-Tante Magda, je voudrais que l'on parle à nouveau du procès Eichmann.
Dès les premiers mots, dès même l'inspiration que Hilde a prise pour se donner du courage, Magda a senti la crispation au niveau de la poitrine.
-Tu sais c'est un sujet qui me touche particulièrement. J'ai besoin de lire sur cette question, de comprendre ce qui s'est passé, ce qui se passe encore aujourd'hui...
-Mais ...
Hilde la coupe calmement mais avec fermeté :
-Laisse-moi terminer s'il te plaît. J'ai besoin de comprendre comment Heichmann a pu effectuer, de sang-froid, en bon petit fonctionnaire, toutes les horreurs dont on l'accuse. Eichmann mais aussi tous les responsables nazis. J'ai besoin de comprendre pour continuer à vivre, voilà !
L'œil du léopard par Henning Mankell :
Se sentant responsable de la mort de la femme qu'il aime, Hans décide de réaliser son rêve : partir à Mutshatsha, en Zambie, sur les traces d'un missionnaire suédois. À la fois fasciné et effrayé par l'Afrique, la misère, la violence et le chaos, Hans accepte d'aider Judith à diriger sa ferme et tente d'y mettre en œuvre ses idéaux de justice. Il ne comprend pas encore ce qu'il est venu chercher ici.

Odile : Impasse Verlaine par Dalie Farah
Je ne veux pas écrire qu'on ne me désirait pas. Je raconte simplement la venue du petit bout de chair d'un kilogramme huit cents qui naît le 22 février.
Ma mère n'avait pas établi le lien entre son ventre et moi.
Quand on l'informe que je vais sans doute mourir, quand dans la couveuse elle me voit beaucoup moins grosse que le poulet qu'elle a bouffé la veille, maman pleure. Pas sur elle, mais sur moi. La petite chose qui ne respire pas par elle-même, la petite chose dans cette boîte en verre, c'est quelqu'un, et elle vient de comprendre que c'est un peu elle. Maman m'aime tellement que pendant les mois où mon pronostic de vie est réservé, elle ne mange pas un seul bonbon.
J'ai survécu. Je voulais voir les prés et les coquelicots. Je voulais sentir le vent des Aurès.
J'ai passé mon existence à attendre un printemps qui ne voudra pas arriver, à espérer un mois d'avril révolu et ravagé dans le nombril désastreux et comique de ma mère, mais j'ai survécu.
On peut survivre à tout, quand on survit à sa mère.

Martine : L'amie prodigieuse » d'Elena Ferrante
Les histoires de coeur s'inbriquent avec les conflits où l'honneur bafoue la raison : la camorra règne sur le quartier, et l'amour est accessoire. C'est ainsi qu'à seize ans, Lila se marie avec Stefano, qui fricote avec les mafieux de quartier. Il ne faudra pas plus d'un soir de noce pour que l'union soit vouée à l'échec. La jeune femme semble particulièrement instable, perdue. Son intelligence et ses capacités d'écriture sont de vagues souvenirs. Et seule Elena se rend compte du gâchis.
Elena qui brille par ses aptitudes et qui met un point d'honneur à être la meilleure, et qui avec obstination franchit les obstacles qui se dressent sur son chemin.

La rivière noire par Arnaldur Indridason
On retrouve un homme assassiné dans son appartement. Dans ses poches, du Rohypnol, la drogue du viol... S'en est-il servi pour attaquer quelqu'un ? La victime est-elle devenue l'agresseure ? Le commissaire Erlendur étant en vacances, c'est son adjointe Elinborg qui va être en charge de l'enquête. Tout en cherchant la femme qui se trouvait dans l'appartement, elle va aussi se pencher sur le passé de l'homme et découvrir de sombres secrets.

Alexandre : Les mains du miracle par Joseph Kessel
Récit autobiographique du docteur Félix Kersten, finlandais d'origine hollandaise. Spécialiste du massage thérapeutique, une sorte de don qu'il a hérité de sa mère et qu'il a maîtrisé grâce à un maître chinois, le docteur Ko.
Un jour, il est appelé auprès d'Himmler, chef suprême de la Gestapo. Ce dernier souffre de douleurs gastriques très violentes, que d'autres traitements ne soulagent pas, le docteur Kersten, lui, parvient à les faire disparaître.
Satisfait de cet état, Himmler demande à Kersten d'être son médecin personnel.
Lors de ces séances de massage, Kersten découvre que sous l'effet des bienfaits de cette thérapie, Himmler commence à se livrer sur différents sujets top secret: déportations, fusillades, destruction des juifs, tous les projets horribles du IIIème Reich.
Le médecin se rend compte qu'il détient un véritable pouvoir insidieux sur le chef des S.S, qui va lui permettre d'influencer sur les ordres d'Himmler.
Il va user de cette influence pour sauver un maximum de personnes menacées de déportation. Au début, ce sera une poignée d'amis du médecin puis un nombre croissant d'inconnus. Au final, des milliers de personnes seront sauvées des horreurs et de la folie du nazisme grâce à l'influence du docteur.
.

Jeannine S. : Avril brisé par Ismaïl Kadaré

Le kanun, l'équivalent balkanais de la vendetta, a obligé Gjorg Berisha à « reprendre » le sang dû par une autre famille de son village : il sait maintenant que c'est son tour et décide de profiter du temps qui lui reste avant de revenir se soumettre à la loi du kanun.
En vertu d'une coutume ancestrale albanaise, quand un membre d'une famille est tué par un membre d'une autre famille, un des hommes de cette dernière se voit obligé, de se soumettre à la règle du Kanun. Il doit rentrer au village, tout en sachant que la famille de l'assassiné est forcée, selon ce code de l'honneur, de le tuer.

Rhum par Blaise Cendrars
Quand Cendrars se fait journaliste, ses enquêtes le poussent vers des personnages à la hauteur de ses romans et de ses récits : aventurier, homme d'affaire, écrivain, humaniste, anticolonialiste, Jean Galmot est un peu de tout cela. Attaqué de toute part pour ses investissements en Guyane, il sera au centre d'une ténébreuse affaire politico-économique, dite « Affaire des rhums ». Mis en examen, emprisonné, plus ou moins gracié, il finira ses jours en Guyane, sa terre d'adoption, sans doute empoisonné par un de ses nombreux ennemis.
Deux ans après la mort de Galmot en 1928, Cendrars sort ce livre, hagiographie romanesque à la gloire de ce héros aux accents de Don Quichotte.

Agnièle :   Les pontons flingueurs 2019 - festival à Annecy
Programme des festivités

Cette année, et pour paraphraser Pierre Dac : pour changer, ce sera comme d'habitude. Donc, il fera beau, les auteurs invités seront formidables, René sera détendu...que dire d'autre ?
https://histoiredenparler.info/evene/les-pontons-flingueurs-2019/
Vous reporter au lien ci-dessus pour plus d'infos sur cette animation.  https://histoiredenparler.info/evene/les-pontons-flingueurs-2019/

Monique : Les oubliés du dimanche par Valérie Perrin
Justine, vingt et un ans, aime les personnes âgées comme d'autres les contes. Hélène, presque cinq fois son âge, a toujours rêvé d'apprendre à lire. Ces deux femmes se parlent, s'écoutent, se révèlent l'une à l'autre jusqu'au jour où un mystérieux « corbeau » sème le trouble dans la maison de retraite qui abrite leurs confidences et dévoile un terrible secret. Parce qu'on ne sait jamais rien de ceux que l'on connaît.
Déjà commenté en septembre 2017

Juliette :   La goûteuse d'Hitler par Rosella Postorino
Margot Woelk gardait pour elle un incroyable mais lourd secret. À 95 ans révolus, cette Allemande vient tout juste de le révéler au Daily Mail: elle fut l'une des quinze "goûteuses" au service d'Adolf Hitler. Tout commence en 1942, quand son appartement berlinois est bombardé. Margot Woelk quitte alors la capitale du Reich et pose ses valises chez sa belle-mère à Gross Partsch, dans l'est de la Prusse (l'actuelle Pologne). Son mari, lui, est engagé sur les lignes de front. Très vite, la jeune femme est embarquée de force par les SS, qui la conduisent non loin de la "tanière du loup", le QG d'Adolf Hitler sur le front de l'Est. Là, elle rejoint d'autres femmes qui, comme elle, sont contraintes de goûter la nourriture destinée au Führer, quitte à en mourir. "Évidemment que j'étais effrayée. Si la nourriture avait été empoisonnée, je ne serais plus là aujourd'hui. Nous étions forcées de manger, nous n'avions pas le choix", a-t-elle déclaré.
Rosella Postorino s'est inspirée de cette déclaration pour écrire son roman.

Parlez-moi d'amour par Xinran *** (votre sélection )
Tout avait commencé en 2012, lors d'une discussion sur l'amour entre Xinran et son époux anglais, puis à une recherche dans un dictionnaire chinois, où elle avait trouvé cette définition pour le moins austère et factuelle : « Parler d'amour » est une forme d'activité sociale. Elle consiste à entretenir un sentiment amoureux ou une relation fondée sur l'amour. Il s'agit essentiellement d'un échange entre deux parties. En général, si cet échange est réussi, les deux personnes concernées se marient, vivent ensemble et élèvent la génération suivante. Les obligations morales impliquées sont les suivantes : premièrement, respecter l'égalité au sein du couple ; deuxièmement, assumer ses responsabilités ; troisièmement, s'aimer avec humilité.
Comment parle-t-on d'amour en chinois ?
A travers les récits de quatre générations de femmes d'une même famille, nous découvrons un témoignage bouleversant sur la vie réservée aux Chinoises par l'Histoire.
Depuis les unions arrangées pour compatibilité révolutionnaire aux jeunes filles d'aujourd'hui, pour qui le mariage n'est plus une fin en soi, ces femmes racontent le sentiment amoureux, l'attente, les souffrances et la perte, la solitude.

L'auteure, journaliste, est célèbre en Chine et en Occident pour les témoignages qu'elle apporte sur les réalités de la vie quotidienne en Chine. Une amie de sa famille va lui permettre de rencontrer Rouge, fille ainée des Han née en 1920, puis, par son intermédiaire, ses deux jeunes soeurs nées en 1930 et en 1932. A leur tour ces deux femmes lui permettront d'entrer en contact avec leurs filles et de brosser ainsi le portrait de 4 générations de femmes chinoises.

 

Partager cet article !

Submit to DeliciousSubmit to DiggSubmit to FacebookSubmit to Google BookmarksSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn