LOGO--CSC-FINAL

bandeaux-bibliotheque

Café livres du 17 janvier 2018

Neuf lectrices autour d'un café pour débuter l'année 2018. Les lectures toujours aussi diversifiées et passionnantes

Lectures présentées ce jour :
Ce mois-ci votre sélection s'est portée sur les livres marqués par ***

Maguie : L'horizon à l'envers de Marc Lévy
Hope, Josh et Luke, étudiants en neurosciences, forment un trio inséparable, liés par une amitié inconditionnelle et une idée de génie. Lorsque l'un des trois est confronté à une mort imminente, ils décident d'explorer l'impossible et de mettre en oeuvre leur incroyable projet.


Hélène : Le marchand de passés de José Eduardo Aqualusa
Que faire quand on a un présent et un avenir plutôt assuré mais un passé peu glorieux ? Eh bien, pourquoi ne pas s'inventer de nouveaux ancêtres, un arbre généalogique et une nouvelle histoire de famille...
C'est ce que fait à Luanda (Angola) un certain Félix Ventura, angolais "pure race" dit-il mais albinos. .


Isabelle : Un été dans l'Ouest de Philippe Labro
L'auteur traverse et raconte l' Amérique: celle de la route, des silos à grains et des champs à perte de vue, celle des tornades, celle des forêts de pins géants, des grands lacs, des pick-up et des coffee shop de seconde zone. L'été d'un étudiant dans le grand Ouest, petit frenchy à l'aube de sa vie qui taille la route, seul dans l'immensité des Etats-Unis.


Odile :   Glaise de Franck Bouysse
Le tocsin de 1914 a sonné, tel le glas pour des troupeaux d'hommes en partance vers la grande boucherie. Au début de ce siècle où la France est encore un grand pays rural aux campagnes laborieuses, les fermes et les champs ne voient plus au travail que femmes, enfants, vieillards et inadaptés physiques

.
              Les huit montagnes de Paolo Cogneti
L'auteur nous raconte ici, une magnifique aventure de montagne et une histoire d'amitié et de solitude, qui rayonne sur toutes les misères de la vie. Communion avec la nature et le personnage intègre et pur de Bruno le montagnard et sa conception de vie d'en profiter au présent (« ....Il vaut mieux pas trop penser à l'avenir.....autrement on devient fou. -Alors à quoi je dois penser ? -À maintenant ! Elle est pas belle, cette journée ? »).


Geneviève : Correspondances Albert Camus / Maria Casarès
De 1948 à 1960, La sublime correspondance entre Albert Camus et Maria Casarès dévoile au grand jour la puissance d'un amour extraordinaire, resté "pur et dur comme la pierre" pendant plus de quinze ans.
-Albert Camus à Maria Casarès, Jeudi 26 août 1948
« J'ai retrouvé la phrase de Stendhal qui s'applique à toi : "Mais mon âme à moi est un feu qui souffre s'il ne flambe pas !" Flambe donc ! Moi, je brûlerai. »

Monique : L'Inconnue de Peyrrolles de Françoise Bourdin
Pascale Fontanel décide sur un coup de tête de retourner vivre à Peyrolles au domaine familial. A sa grande surprise, son père qui possède le domaine n'est pas d'accord avec ce projet. Pourquoi une telle réaction ? Pascale est bien déterminée à connaitre toute la vérité et percer tous les secrets de sa famille.

Jeannine S. : L'échange des princesses de Chantal Thomas
Deux mariages ou la guerre!
L'enjeu est d'importance pour la France du Régent et l'Espagne de Philippe V.
Le bonheur de quatre enfants dont deux futurs rois doit s'effacer devant la raison d'Etat. Il a trouvé la solution à deux problèmes qui le tourmentaient : le besoin politique de neutraliser l'Espagne et d'empêcher une nouvelle guerre ; l'envie secrète, sournoise, de retarder au maximum l'époque où le petit roi Louis XV pourrait donner naissance à un dauphin de France. Ce n'est pas pour demain puisqu'il n'a encore que onze ans et n'atteindra sa majorité qu'à treize ans révolus.

Nicole : Agent secret de Danielle Steel
« Vous êtes toutes pareilles, vous, les jeunes. Ah, les femmes modernes ! Bonnes à rien qu'à faire du shopping et se peindre les ongles. Qu'est-ce que vous voulez que ça nous fasse ? La cuisine, le ménage, la lessive : voilà ce que fontl les vraies femmes ! » Ce roman sort totalement du schéma classique de Danielle Steel. Alors que l'amour est habituellement au centre de ces récits, c'est loin d'être le cas dans celui-ci.


Anne Marie : Le dernier Lapon d'Olivier Truc ***
C'est un voyage extraordinaire auquel vous convie l'auteur.
Une contrée, la Laponie, territoire immense, froid et exigeant. Un peuple totalement méconnu, les Sami, des rites si éloignés de notre quotidien. Un dépaysement total.
Une histoire ensuite, sombre et poignante, totalement ancrée dans la tradition de ce peuple lapon, où la modernité s'entrechoque violemment avec les coutumes et le mode de vie ancestraux.
Des personnages enfin, époustouflants, tour à tour complexes, touchants ou révoltants.

           La montagne rouge d'Olivier Truc ***

C'était la journée la plus extraordinaire de l'année, celle qui portait tous les espoirs de l'humanité. Demain, le soleil allait renaître. Depuis quarante jours, les femmes et les hommes du vidda survivaient en courbant l'âme, privés de cette source de vie. Klemet, policier et rationnel, puisque policier, y voyait le signe intangible d'une faute originelle. Pourquoi, sinon, imposer à des êtres humains une telle souffrance ? Quarante jours sans laisser d'ombre, ramenés au niveau du sol, comme des insectes rampants. Et si, demain, le soleil ne se montrait pas ?

Juliette : Un bruit de Balançoire de Christian Bobin
Pour la première fois, Christian Bobin livre un texte entièrement composé de lettres. Rares et précieuses, elles sont adressées tour à tour à sa mère, à un bol, à un nuage, à un ami, à une sonate. Sous l'ombre de Ryokan, moine japonais du XIXe siècle, l'auteur compose une célébration du simple et du quotidien. La lettre est ici le lieu de l'intime, l'écrin des choses vues et aimées. Elle célèbre le miracle d'exister. Et d'une page à l'autre, nous invite au recueillement et à la méditation.
               Continuer de Laurent Mauvignier
Comment s'en sortir lorsque le dialogue avec son propre enfant s'est perdu, laissant place à une incompréhension totale et que l'on assiste impuissant à sa dérive ? Comment réagir quand on sent poindre lentement mais sûrement le début d'une longue descente aux enfers ? Un seul mot : continuer. Alors, pour l'éloigner des fréquentations toxiques qu'il est en train de nouer, pour lui ouvrir le coeur et l'esprit, Sibylle choisit de l'emmener au Kirghizistan, ce pays d'Asie centrale où l'on peut se perdre dans les grands espaces, où les gens n'ont rien mais vous donnent tout, où le danger rôde, comme partout... Un voyage de plusieurs mois qu'ils vont entreprendre à cheval, seuls afin de se libérer du superflu, de se concentrer sur l'essentiel et tenter ainsi de renouer avec leurs racines, avec des valeurs plus authentiques et peut-être avec eux-mêmes...

 

Partager cet article !

Submit to DeliciousSubmit to DiggSubmit to FacebookSubmit to Google BookmarksSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn