LOGO--CSC-FINAL

bandeaux-bibliotheque

café livres du 14 juin 2017

CENTRE SOCIAL ET CULTUREL D’ARBENT 

RENCONTRES DE  CAFE LIVRES

Compte rendu  du 14 juin   2017

 A NOTER   prochaines rencontres-débats de café-livres 2017 (2° semestre) de 9h à 10h30:

      Les mercredis  06 septembre – 18 octobre  et 29 novembre  

                                              

           

Avant toute chose, je voudrais remercier toutes les bénévoles qui se sont investies depuis janvier dans le réaménagement de la bibliothèque : classement et protection des livres,  tri et rangement des nombreux dons. Un travail considérable a été fait grâce à elles.

Beaucoup de personnes absentes ce jour, mais  cela n’a pas empêché  nos lectrices de nous faire part de leurs coups de cœur, toujours nombreux et variés. C’est toujours un plaisir que de (re)découvrir les auteurs présentés. Bonne lecture  à toutes, profitez de  ces vacances estivales pour emmagasiner de nouvelles émotions que vous nous ferez partager dès la rentrée.

Merci à vous toutes.

                                     

Lectures présentées aujourd’hui 

Isabelle : MICHEL BUSSI

    Gravé dans le sable: Quel est le prix d’une vie ? Quand on s’appelle Lucky, qu’on a la chance du diable, alors peut-être la mort n’est-elle qu’un défi. Un jeu. Ils étaient cent quatre-vingt-huit soldats sur la péniche en ce jour de juin 1944. Et Lucky a misé sa vie contre une hypothétique fortune.  20 ans plus tard, Alice, sa fiancée, apprend l’incroyable pacte conclu par Lucky quelques heures avant le débarquement. De la Normandie aux Etats-Unis, elle se lance à la quête de la vérité et des témoins...  au risque de réveiller les démons du passé

Odile : PETER MAY: La trilogie de Lewis :

   L’Ile des chasseurs d’oiseaux  T.1:Marqué par la perte récente de son fils unique, l'inspecteur Fin Macleod, déjà chargé d'une enquête sur un assassinat commis à Edimburg, est envoyé sur Lewis, son île natale, où il n'est pas revenu depuis dix-huit ans. Un cadavre exécuté selon le même modus operandi vient d'y être découvert.

   L’homme de Lewis T.2 :La mort tragique de son jeune fils a pulvérisé son mariage. Impuissant et résigné, Fin Macleod  a quitté la police. La lande balayée par les vents, la fureur de l'océan qui s'abat sur le rivage, les voix gaéliques des ancêtres qui s'élèvent en un chant tribal

   Le braconnier du lac perdu T.3 : Fin Macleod vit sur son île natale des Hébrides, à l'ouest de l'Ecosse. Engagé pour pourchasser les braconniers qui pillent les eaux sauvages des domaines de pêche, il se trouve confronté à Whistler, son ami de jeunesse qui vit désormais comme un vagabond, privé de la garde de sa fille unique. Alors qu'ils viennent de traverser ensemble une nuit d'orage, ils découvrent l'épave d'un avion abritée depuis dix-sept ans par un lac. L'appareil, qu'on avait cru abîmé en mer, recèle le corps d'un homme assassiné.

NEGAR DJAVADI :  Désorientale :

 Kimiâ suit un protocole d'insémination artificielle pour avoir un enfant avec son amie Anna. Née à Téhéran en 1971, exilée en France dix ans plus tard, elle a toujours tenu à distance sa culture d'origine pour vivre libre. Mais dans la salle d'attente, son passé la rattrape. Au fil de souvenirs entremêlés, elle déroule toute l'histoire de la famille Sadr. De ses ancêtres originaires du nord de la Perse jusqu'à ses parents, Darius et Sara, éternels opposants au régime en place ; celui du Shah jusqu'en 1979, puis celui de Khomeiny. Ce dernier épisode va les obliger à quitter définitivement l'Iran. La France vécue en exilés n'a rien à voir avec le pays mythifié par la bourgeoisie iranienne

  1. Enchantée par sa rencontre avec l’nous fait partager son coup de cœur. Vous trouverez également la biographie de celui-ci.

YASMINA KHADRA :

L’attentat : Tel-Aviv, Amine Jaafari, chirurgien israélien d'origine arabe, apprend par la police que sa femme a commis un attentat suicide. Il tente de comprendre ce qui l'a conduite à cette décision.

La nuit du Raïs :Yasmina Khadra s'intéresse à la dernière nuit de Kadhafi et se glisse dans la tête d'un tyran aux abois se remémorant ses folies passées lorsqu'il était à la tête d'une Libye qu'il voulait sienne

Pendant des années, Yasmina Khadra a publié des livres qui ont connu un succès mondial ; derrière ce pseudonyme, se cache un officier supérieur de l'armée algérienne, Mohammed Moulessehoul, qui décide un jour de prendre sa retraite et de se consacrer entièrement à l'écriture. Né d'un père infirmier et d'une mère nomade, il est confié à une institution militaire à l'âge de neuf ans, d'où il sort sous-lieutenant. Après trente-six ans de sa vie passée dans les rangs de l'armée algérienne, il la quitte en août 2000, s'envole vers le Mexique avec sa femme et ses trois enfants en septembre, et arrive en France en janvier 2001. C'est à cette date qu'il publie 'L' Ecrivain' et qu'il révèle son identité à la presse et au public. Parmi ses ouvrages, on peut citer 'Morituri', 'L' automne des chimères', 'A quoi rêvent les loups' ou 'Cousine K', où se déploie le 'style Khadra' alliant lyrisme, métaphores inattendues, dépouillement et poésie. Style qui atteint son apogée avec 'L' Attentat', retenu par les jurys du Goncourt et du Renaudot en 2005. Il fait une nouvelle fois sensation à la rentrée littéraire de septembre 2006 en plongeant au plus près du terrorisme dans 'Les Sirènes de Bagdad'. Depuis il enchaine les succès, puisant souvent son inspiration dans les conflits actuels : l'Equation africaine (2011), Les anges meurent de nos blessures (2013), Qu'attendent les singes (2014), A quoi rêvent les loups (2015)

Jeannine : ANNIE ERNAUX 

Une femme : De ce récit simple, hautement personnel, surgit le sentiment irréversible de notre impuissance devant la fatalité, de notre embarras devant la vieillesse, de notre désarmement devant le déclin et de notre totale inaptitude à anticiper ce qui est pourtant inévitable.

  

Ce paradoxe entre la maîtrise de nos existences et notre fragilité émotionnelle devant la mort est ici parfaitement mis en lumière par ce témoignage poignant d'une fille ni excessivement aimante ni excessivement indifférente, une fille comme... vous et  moi, qui sait ?

 Gwladys : FABRICE FARIGOULE :

     Rien que des maux : A la tête de sa propre maison d'édition, Carla Glotz reçoit un manuscrit anonyme qu'elle juge troublant de vérité. Trop si l’on considère les nombreuses scènes de tortures décrites au fil de ce roman ! Et s'il ne s'agissait pas de fiction ? Elle confie ses craintes à Albert Chatel, flic à la retraite devenu détective privé. Lorsqu'elle reçoit un mail menaçant de l'auteur, le doute ne semble plus permis. L'engrenage fatal et en route.

 Juliette :   JIM FERGUS :

Mille femmes blanches : En 1874, à Washington, le président Grant accepte la proposition incroyable du chef indien Little Wolf : troquer mille femmes blanches contre chevaux et bisons pour favoriser l'intégration du peuple indien. Si quelques femmes se portent volontaires, la plupart viennent en réalité des pénitenciers et des asiles... L'une d'elles, May Dodd, mariée à un puissant guerrier, découvre les combats violents entre tribus et les ravages provoqués par l'alcool. Aux côtés de femmes de toutes origines, elle assiste à l'agonie de son peuple d'adoption

Autres livres évoqués:

Jean Baptiste Del Amo : Règne animal  retrace, du début à la fin du vingtième siècle, l'histoire d'une exploitation familiale vouée à devenir un élevage porcin. Dans cet environnement dominé par l'omniprésence des animaux, cinq générations traversent le cataclysme d'une guerre, les désastres économiques et le surgissement de la violence. Règne animal est un grand roman sur la dérive d'une humanité acharnée à dominer la nature, et qui dans ce combat sans pitié révèle toute sa sauvagerie – et toute sa misère.

Emma Donhogue : Room : Jack a cinq ans et vit dans la Chambre avec sa Maman. Il va apprendre petit à petit que le monde ne s'arrête pas à la porte de la pièce. Un récit à la fois bouleversant et lumineux, qui décrit une vision du monde touchante et grave, celle d'un enfant et sa mère, séquestrés depuis des années...

Laurent Gaudé : Ecoutez nos défaites : Un agent des services de renseignements français gagné par une grande lassitude est chargé de retrouver à Beyrouth un ancien membre des commandos d'élite américains soupçonné de divers trafics. Il croise le chemin d'une archéologue irakienne qui tente de sauver les trésors des musées des villes bombardées. Peut-on vraiment parler de victoire à l'issue d'une guerre? Quels sacrifices doit-on faire? Alliant faits historiques, espionnage, sentiments, Laurent Gaudé nous offre un roman fort qui pousse à la réflexion...

Partager cet article !

Submit to DeliciousSubmit to DiggSubmit to FacebookSubmit to Google BookmarksSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn